Précaution et prévention des risques de plongée

Activité de loisir, la plongée est une activité sportive populaire. Elle est relativement sans danger pour les personnes en bonne santé. On dénombre seulement 1 accident pour 10000 plongées. Néanmoins, des mesures de précaution doivent être prises pour assurer la sécurité des plongeurs.

Les trois risques principaux de plongée sont le risque barotraumatique, l’accident de décompression et la narcose à l’azote.

Le risque barotraumatique

Il s’agit d’un accident touchant les tissus d’un organisme vivant. Il est dut à un changement de pression des gaz dans le corps . Il s’agit alors d’une difficulté d’adaptation entre la pression dans une cavité et la pression externe. Les gaz sont compressibles avec l’augmentation de la pression (ils diminuent de volume) alors que les tissus ne sont pas compressibles. Les symptomes peuvent comprendre des douleurs thoraciques, des yeux gonflés de sang, des douleurs dans l’oreille et des vertiges.

Mesures de précaution: ascension lente avec respiration pendant la remontée, expulsion de l’air par le nez à l’intérieur du masque, baillement et déglutition en pinçant les narines avec prise d’un décongestionnant nasal.

L’accident de décompression

Il s’agit d’un accident du à la mauvaise élimination de l’azote : des bulles gazeuses peuvent se former dans le corps.

Pour éviter l’accident de décompression, il faut que le plongeur ait expulsé tout l’azote avant d’avoir remonté en surface. Cet accident survient à des personnes qui, après une plongée profonde ou prolongée, remontent trop vite ou sans respecter les paliers de décompression.

Les conséquences d’un accident de décompression peuvent être très graves : pneumothorax, embolie gazeuse, emphysème du médiastin …

Le traitement repose sur des caissons hyperbares qui permettent de diminuer considérablement les séquelles, à condition que les soins soient réalisés très vite après l’accident de décompression.

Narcose à l’azote : l’ivresse des profondeurs

L’excès d’azote peut agir sur le système nerveux et entraîner un trouble du comportement. Les symptômes s’accentuent avec la profondeur. Ils sont les mêmes que lors d’une consommation excessive d’alcool:  euphorie, trouble de la concentration, hilarité, confiance en soi excessive, somnolence, hystérie, angoisse, confusion, perte de connaissance, et dans de rares cas, décès du plongeur.

Ce type de pathologie est rencontré en cas de plongée dans de grandes profondeurs. C’est pourquoi, il est impératif de toujours plonger à deux afin de prévenir de tout accident. L’attitude à avoir face à un plongeur victime d’une ivresse des profondeurs est de le faire remonter à une profondeur moindre pour faire diminuer la pression de l’azote.

 

« Cet article est une contribution libre, rédigé par un auteur partenaire et non par la société elle-même »